Traverser la ville

Robert Silverberg

5,00

En 1973, Robert Silverberg imagine un grain de sable dans les rouages d’une ville-machine planétaire.
ISBN : 978-2-36935-061-3
80 pages
date de parution : octobre 2016

Le monde n’est plus qu’une seule et gigantesque cité divisée en plusieurs millions de zones urbaines contigües. Chacune d’elles se veut autonome, politiquement indépendante et dotée d’un mode de vie propre. Toutes sont sous la surveillance de redoutables « policiers-robots » qui en contrôlent les frontières et expulsent où suppriment tous les indésirables. Ces différentes zones, qui ont entre elles des contacts limités et souvent hostiles, confient toutes leur maintenance et leur sécurité à un programme central. Et lorsque ce programme vital est dérobé, rien ne va plus…

Dans cette fable où l’alliance inquiétante de la dépendance technologique et du repli identitaire paraît ne pouvoir déboucher que sur le chaos annoncé, Silverberg s’empare du grand fantasme du village planétaire pour poser la question de la surpopulation à l’ère des villes-machines du capitalisme.

Robert Silverberg

Né en 1935, Robert Silverberg est un pilier de la SF. Il publie sa première nouvelle à l'âge de dix-huit ans et remporte le prix Hugo de l'auteur le plus prometteur deux ans plus tard. Une première consécration qui marque le début d'un travail d'écriture prolifique (plus de 400 nouvelles, quelques 70 romans). On lui doit entre autres Les monades urbaines ; Le livre des crânes ; Le Cycle de Majipoor… Il a reçu en 2004 le titre de « Grand Maître de la science-fiction », la plus haute distinction du domaine. Il vit à San Francisco.

« Robert Silverberg propose une fable sur les dangers de la dépendance technologique puisque qu’une mégalopole géante interconnectée se voit dérober son programme directeur. Encore et toujours la SF comme boule de cristal.
Les Inrocks


Dans quelle mesure confier la gestion de notre quotidien à la technologie ? Combien d’habitants les mégapoles en expansion seront-elles capables d’absorber ? Comment ces zones et leurs populations cohabitent-elles ? Comment assurer la paix sociale dans ce monde en voie de déshumanisation ? Comment inverser cette tendance au tout-urbain tout-technologie ? Autant de questions passionnantes posées par ce texte de Silverberg, écrit en droite ligne de son chef-d’œuvre Les Monades urbaines.
SF-Mag


Très bien vu.
Bifrost »