Destination fin du monde

Robert Silverberg

5,00

En 1972, Robert Silverberg imagine une societe où la fin du monde est le dernier divertissement à la mode.
ISBN : 978-2-36935-242-6
48 pages
date de parution : juin 2020

« La fin du monde ? Un sacré spectacle, les enfants ! »

Dans un avenir proche, des jeunes couples friands de divertissements en tous genres sont réunis à l’occasion d’une soirée. Au centre des discussions, une distraction inédite tout juste expérimentée par la plupart d’entre eux : les agences de voyages temporels proposent désormais une nouvelle destination. En trois heures de temps, il est possible d’aller assister, à bord d’un vaisseau, à la fin du monde. Mais, les récits des voyageur·ses ne concordent pas. Tandis que les invité·es décrivent et comparent, à l’aune de leur caractère spectaculaire, les paysages mortifères contemplés, de l’extérieur arrivent des nouvelles alarmantes (catastrophes naturelles, épidémies…) mais qu’ils semblent totalement ignorer.

À l’heure où la notion d’effondrement fait florès tant dans l’industrie culturelle que dans les grands médias, Robert Silverberg nous enjoint à nous arracher de notre position indolente de spectacteur·ices d’un effondrement qui ne relève plus de la fiction. Un cri d’alerte !

Avec une préface inédite de Robert Silverberg.

Robert Silverberg

Né en 1935, Robert Silverberg est un pilier de la SF. Il publie sa première nouvelle à l'âge de dix-huit ans et remporte le prix Hugo de l'auteur le plus prometteur deux ans plus tard. Une première consécration qui marque le début d'un travail d'écriture prolifique (plus de 400 nouvelles, quelques 70 romans). On lui doit entre autres Les monades urbaines ; Le livre des crânes ; Le Cycle de Majipoor… Il a reçu en 2004 le titre de « Grand Maître de la science-fiction », la plus haute distinction du domaine. Il vit à San Francisco.

lire un extrait

On se surprend à tiquer, en lisant la nouvelle, par l’actualité toute particulière qu’elle prend au jour de sa réédition […] À défaut de paniquer devant l’état de notre monde, nous trouverons au moins, comme les protagonistes qui dansent sur un volcan, un certain réconfort à lire les mille manières dont il pourrait finir dans quelques milliers d’années.
Nicolas Celnik, Libération


Une sorte de fable, à la manière de La Fontaine, sur l’urgence de la morale écologique à mettre en œuvre que l’éditeur, par un malicieux clin d’œil, conclut d’une citation du maître situationniste Guy Debord : « Nous ne voulons plus travailler au spectacle de la fin du monde, mais à la fin du monde du spectacle… »
Alfred de Montesquiou, Paris Match


Courte nouvelle gorgée des angoisses d’une époque plombée par la menace nucléaire, Destination fin du monde résonne avec notre actualité anxiogène.
Léonard Billot, Les Inrocks


Une nouvelle grinçante de Robert Silverberg imagine la futilité d’Américains inconscients de l’effondrement qui les entoure.
Frédérique Roussel, Libération


Cette nouvelle est le résumé d’une époque et aussi la prescience d’un état d’esprit, celui du monde actuel. À découvrir.
Sylvain Bonnet, Actu SF
lire l’article


A lire d’urgence !
Fantastinet