Coffret Dyschroniques II

Lino Aldani

Jean-Pierre Andrevon

Isaac Asimov

Ben Bova

37,00

7 petites merveilles de la SF réunies dans le second coffret Dyschroniques
ISBN : 978-2-36935-212-9
700 pages
date de parution : juin 2018

Des nouvelles passionnantes, écrites entre 1954 et 1979, qui imaginaient avec un demi-siècle d’avance les impasses de notre societe.
Certains parmi les plus grands auteurs de la SF ont aperçu, avec un demi-siècle d’avance, les ravages de la pollution industrielle, les dérives de la societe de consommation, la course aveugle au progrès technologique…
Tandis qu’Asimov émettait quelque doute sur la démocratie étatsunienne dès 1955, que des auteurs moins connus en France mais célèbres outre-Atlantique annonçaient à leur façon les impasses du productivisme, un Italien annonçait l’avènement d’une politique de la sante – quant à la menace nucleaire, elle inspira au Français Jean-Pierre Andrevon, en 1979, un texte prophétique !

Ce nouveau coffret contient :
Le royaume de Dieu (1954) de Damon Knight
A voté (1955) d’Isaac Asimov
37° centigrades (1963) de Lino Aldani
Les gaspilleurs (1967) de Mack Reynolds
Où cours-tu mon adversaire ? (1969) de Ben Bova
Vent d’est, vent d’ouest (1972) de Frank M. Robinson
Les retombées (1979) de Jean-Pierre Andrevon

Lino Aldani

Lino Aldani (1926-2009) fut une grande figure de la science-fiction italienne, et plus largement du genre en Europe. Il est connu pour avoir écrit la première étude italienne sur la science-fiction avec La Fantascienza (1963). On lui doit également cinq romans et une cinquantaine de nouvelles. La European Science Fiction Society (ESFS) lui a remis un prix pour l'ensemble de sa carrière en 1989.

Jean-Pierre Andrevon

Depuis la parution de sa première nouvelle, « La Réserve » (Fiction n°174), en mai 1968 – un signe ! –, Jean-Pierre Andrevon (né le 19 septembre 1937 à Bourgoin-Jallieu) n'a cessé d'occuper une place prépondérante dans le paysage français de la science-fiction. Sa bibliographie compte cent trente ouvrages dans les genres les plus divers. Outre son intense activité d'écriture, il est aussi dessinateur et musicien. Il a collaboré, dès les années 1970, à de nombreux journaux (Charlie-Hebdo, À suivre, Fiction…) et tient encore aujourd'hui une chronique dans la revue L'Écran fantastique. Personnalité ouvertement engagée, il a participé à la revue d'écologie La Gueule ouverte dès son premier numéro en 1972.

Isaac Asimov

Doit-on encore présenter Isaac Asimov (1920-1992) ? C'est lui qui définit, en 1941, les trois fameuses lois de la robotique. C'est lui aussi qui a donné naissance à l'un des plus célèbres cycles de la science-fiction : Fondation. Aussi à l'aise dans la SF que dans le policier, le fantastique ou la vulgarisation scientifique, Asimov a raflé tous les prix littéraires imaginables dans son domaine (Hugo Award, Locus Award, Nebula Award).

Ben Bova

Ben "Benjamin William" Bova (né le 8 novembre 1932 à Philadelphie) est une figure importante de la SF américaine. Peu connu en France (4 nouvelles et 7 romans traduits), il est un des représentants les plus brillants de la Hard Science, courant de la science-fiction s'appuyant sur des données précises. Excellent vulgarisateur et conteur de talent, Bova fut également le directeur des revues Analog Science Fiction and Fact (1972-1978) et Omni (1978-1982).

« La science-fiction se met au format court, et ça lui réussit bien ! En France, le succès des textes courts va grandissant. Les éditions Le passager clandestin ont lancé la collection Dyschroniques, pour republier d’anciens textes portant sur les modifications de notre monde un regard judicieux et anticipateur : pollution industrielle, societe de surveillance, essor des nouvelles technologies… À lire : Coffret Dyschroniques, rassemblant Le royaume de Dieu (1954) de Damon Knight, A voté (1955) d’Isaac Asimov, 37° centigrades (1963) de Lino Aldani, Les Gaspilleurs (1967) de Mack Reynolds, Où cours-tu mon adversaire (1969) de Ben Bova, Vent d’est vent d’ouest (1972) de Frank M. Robinson, Les Retombées (1979) de Jean-Pierre Andrevon. 37 €.(Hubert Prolongeau)
Télérama »