Diogène et les cyniques ou la liberté dans la vie simple

Étienne Helmer

8,00

« Le plus radical, le plus punk des cyniques.  » Radio Nova

ISBN : 978-2-36935-019-4
112 pages
date de parution : octobre 2014

Du cynisme antique, on a souvent à l’esprit le goût pour les conduites provocantes et l’existence frugale. Il y a pourtant une pensée politique cynique. Diogène, le plus célèbre d’entre eux, imagina même, à l’instar de Platon, une République aux institutions radicales nous invitant à mesurer l’écart qui nous sépare de la nature et de nous-mêmes et à repenser les conditions de la liberté et du bonheur au sein de nos sociétés.

Par sa visée profondément éthique, explique Étienne Helmer, le cynisme dévoile le mépris de la dignité humaine et le refus de l’égalité propres à nos institutions, nos modes de vie et nos économies tournés vers la croissance sans mesure. Il nous enjoint à identifier dans la configuration des cités actuelles tout ce qui nous déshumanise et nous empêche d’être vraiment « des hommes ».

Étienne Helmer

Étienne Helmer enseigne la philosophie à l’université de Porto Rico. Ses travaux portent principalement sur la philosophie économique, politique et sociale de la Grèce ancienne. Il a publié notamment Mendier peut-être (Verdier, 2023), Mendiants et mendicité en Grèce ancienne (Garnier, 2020) ; Ici et là. Une philosophie des lieux (Verdier, 2019) ; Diogène le cynique (Les Belles lettres, 2017).

Le meilleur du passé ! Le plus radical, le plus punk des cyniques, Diogène nous aide à comprendre le gaspillage aujourd’hui, et nous montre que la decroissance est la seule solution possible.
Radio Nova