Entre accueil et rejet – Ce que les villes font aux migrants

Babels

10,00

Un livre pour mieux comprendre la diversité et la complexité des formes de l’accueil des migrants

ISBN : 978-2-36935-089-7
120 pages
date de parution : janvier 2018

Rupture de stock

Collection : Mot-clés : ,

Ce livre permet de mieux comprendre la diversité et la complexité des formes de l’accueil des migrants sur notre continent. Il nous fait saisir comment cet enjeu refaçonne les liens sociaux, les valeurs et les émotions collectives, et interroge les définitions pratiques de la citoyenneté prise dans un jeu de frontières. Dans un contexte d’anxiété identitaire qui se manifeste par la fermeture des frontières, le confinement et les expulsions, ce livre montre que la ville peut constituer un pôle de résistance et de contournement, voire de renversement des décisions de l’État central.
Il est constitué d’enquêtes claires et approfondies menées dans plusieurs grandes villes européennes (Paris, Copenhague, Berlin, Barcelone, Istanbul…), et de témoignages d’acteurs concernés (migrants, militants, observateurs directs…).
Cet ouvrage a été coordonné par Véronique Bontemps, Chowra Makaremi et Sarah Mazouz.

Babels

Réunissant une quarantaine de chercheur·ses sous la direction scientifique de l'anthropologue Michel Agier, le programme de recherche Babels propose de questionner l'actuelle « crise migratoire » en Europe. À partir d'ethnographies comparées en Europe et en Méditerranée, le programme Babels permet d'analyser les situations des frontières contemporaines. Les publications du programme Babels ont fait l'objet d'une collection aux éditions le passager clandestin : Bibliothèques des frontières.

Analyses fouillées assorties de témoignages incarnés, qui donnent de l’épaisseur vécue aux enjeux et aux situations […], largement accessible aux non-universitaires […], un ouvrage précieux parce que toujours nuancé et ancré tout entier dans la réalité telle qu’elle est et non telle que beaucoup la fantasment.
Le matricule des anges


Associer l’exigence de l’exploration ethnologique avec l’engagement dans le présent, voilà l’ambition des petits livres signés Babels. Un art de la collecte et de la description, tel est un travail de terrain réussi. De ces informations naît l’espoir que les politiques migratoires, devenues plus lisibles, soient aussi modifiables. L’anthropologie est autant un miroir qu’un ouvroir, dit Michel Agier. N’est-il pas temps que cesse le grand remplacement des faits par la fiction ?
Le Monde des Livres, Julie Clarini