Simone Weil et l’expérience de la nécessité

Geneviève Azam

Françoise Valon

Simone Weil

10,00

Une lanceuse d’alerte qui avait prédit l’effondrement de la civilisation industrielle, technicienne et globalisée dès les années 1930.
ISBN : 978-2-36935-245-7
128 pages
date de parution : août 2020

« Les hommes se reproduisent, non le fer. »

Simone Weil (1909-1943) fut une lanceuse d’alerte dont la voix fut recouverte en son temps. Elle nous parvient aujourd’hui alors que les menaces qu’elle avait identifiées s’accomplissent : le système capitaliste est sur le point de se heurter aux limites de notre planète.

Aucune existence humaine n’échappant aux besoins, ceux conjoints du corps et de l’âme, Simone Weil a tenté de concevoir un projet de civilisation capable d’accorder la tension entre liberté et nécessité. Par son exigence d’une pensée lucide, le refus de la force et de la vitesse, la coopération, la décentralisation, l’amitié et le sens de la beauté, son projet annonce celui de la décroissance.

Pour Geneviève Azam et Françoise Valon, son appel à une dissidence ultime doit donc plus que jamais être entendu.

Geneviève Azam

Geneviève Azam, économiste, est membre du conseil scientifique d'Attac. Elle a occupé un poste d'enseignante-chercheur à l'Université Toulouse Jean-Jaurès, plus particulièrement orienté sur les liens entre économie et écologie. Son dernier livre publié est Lettre à la Terre. Et la Terre répond (éditions du Seuil, 2019).

Françoise Valon

Françoise Valon, philosophe, a enseigné la philosophie en lycée et la philosophie politique à l'Université Toulouse-Jean-Jaurès. Elle anime depuis plusieurs années un atelier de philosophie à Lagrasse dans le cadre du Banquet du Livre, organisé par les Éditions Verdier. Elle a pratiqué et enseigné le théâtre.

Simone Weil

La pensée et la trajectoire fulgurante de Simone Weil (1909-1943) demeurent méconnues. Agrégée, normalienne, très critique à l'égard du marxisme, mais résolument du côté du monde ouvrier, elle s'implique très vite dans les luttes de son temps. Elle accompagne en Aragon les miliciens anarchistes de la colonne formée par Buenaventura Durruti ; en 1939, elle rejoint la Résistance à Londres. Après avoir cessé de se nourrir en solidarité avec les Français soumis au rationnement alimentaire par l'occupant allemand, Simone Weil contracte la tuberculose et meurt le 24 août 1943, à l'âge de 34 ans. Son œœuvre ne sera publiée qu'après sa disparition. L'Enracinement est son œœuvre la plus achevée.

lire un extrait

Dans ce remarquable petit ouvrage de synthèse sur cette philosophe française, Geneviève Azam et Françoise Valon analysent sa critique du système capitaliste et industriel et ses réflexions sur la nécessité pour l’être humain de se poser des limites.
L’Écologiste


Une incontestable précurseur. Cette courte introduction permet de se familiariser avec une philosophe exemplaire, communiste qui critique le marxisme et le développement illimité des forces productives, chrétienne qui combat aux côtés des anarchistes contre Franco, pacifiste qui résiste pendant la Seconde Guerre mondiale, enseignante qui travaille aussi en usine, partage la condition des prolétaires, éprouve l’oppression pour mieux aiguiser ses critiques de la civilisation industrielle… En seulement 34 ans d’existence, Simone Weil a vécu intensément et laissé une œuvre majeure pour les objecteurs.
La Décroissance


Couverture en HD à télécharger

Photos des autrices à télécharger

Communiqué de presse à télécharger