Rendre les coups

Selim Derkaoui

18,00

Et si à travers la boxe, d’autres luttes se jouaient ?

ISBN : 978-2-36935-337-9
160 pages
date de parution : 6 octobre 2023

Le ballet des gants, le bruit sourd des coups, les regards fixes, la sueur. Des cités ouvrières aux quartiers populaires, Selim Derkaoui nous entraîne sur le ring à la rencontre de celles et ceux qui pratiquent le noble art.

Outil d’autodéfense, exutoire, la boxe a historiquement été un puissant instrument d’émancipation pour les classes laborieuses. Sport des « miséreux », largement investi par les héritiers et héritières des immigrations, elle attire désormais d’autres publics, des groupuscules d’extrême droite aux jeunes cadres dynamiques. Récupérée par le système marchand, porteuse de valeurs parfois trompeuses, elle a également été instrumentalisée par l’État pour « canaliser la violence » suite aux révoltes des banlieues.

Mêlant récit personnel et enquête journalistique, Rendre les coups se lit comme un hommage à une boxe populaire, inclusive et anticapitaliste. Une boxe au service des combats que l’on mène à plusieurs.

Selim Derkaoui

Selim Derkaoui est journaliste indépendant. Collaborateur au Monde diplomatique et à Mediapart, il a travaillé pour diverses rédactions (Socialter, Politis, Bondy Blog...) et a cofondé le magazine web Frustration qu'il a codirigé pendant plusieurs années. Il vit et travaille à Paris. © Guillaume Orignac

lire un extrait

Comme un bout de viande… Il y a eu Muhamad Ali, le plus grand boxeur de tous les temps, héros d’un duel désormais mythique à Kinshasa en 1974. Avec lui, d’autres noms figurent au panthéon des boxeurs : Marcel Cerdan, Rocky Marciano ou Mike Tyson. Et puis il y a les milliers d’anonymes, payés au round, le plus souvent issus des classes laborieuses et dont le sport a désormais perdu son lustre d’antan.
Publication d’un extrait de Rendre les coups dans Le Monde diplomatique
lire l’article


Non, la boxe n’est pas juste un sport de combat ! La boxe est aussi un sport politique, historique et militant, passé par différents genres et périodes. Selim Derkaoui rend au noble art ses racines populaires, montrant que derrière les gants, les batailles font rage. Passionnant !
Librairie de Paris


Un chouette ouvrage qui donne envie de remettre les gants, de se tenir prêt•es à tenir sa garde et à rendre les coups.
La Nouvelle librairie sétoise


Dans l’imaginaire collectif, la boxe a longtemps été associée à des images de salles sombres où résonnent le bruit des coups sur les sacs, tandis que des corps transpirent à la lumière des néons. Aujourd’hui, les salles de sport proposent sa pratique sous des modalités variées à un public issu des classes moyenne ou aisée, qui veut se maintenir en forme, ou dans le cadre de cours d’autodéfense. Malgré tout, la boxe reste une activité sportive bien ancrée dans les classes populaires. Par l’engagement qu’elle demande et la dureté de la pratique, elle fait écho à des conditions de vie difficile, qu’elle aide à affronter. Face à sa récupération marchande et à la tentative de la vider de son caractère subversif, le journaliste Selim Derkaoui défend pour sa part un sport « au service des combats que l’on mène à plusieurs ». Dans Rendre les coups — Boxe et lutte des classes, qui paraît ces jours-ci au Passager clandestin, il rend hommage à la boxe populaire, celle que pratiquait son père et qu’il est allé rencontrer à Aubervilliers, Pantin ou dans la banlieue de Caen. Nous en publions un extrait.
Ballast
lire l’article


Dans Rendre les coups, le journaliste indépendant Selim Derkaoui esquisse un panorama social et critique de la boxe anglaise en France. […] Un bouquin qui donne envie de détourner la punchline d’Arsenik : « Comment faire de la boxe sans prendre position ?! »
CQFD
lire l’article


À l’oc­ca­sion de la sor­tie de son deuxième livre Rendre les coups, le jour­na­liste ori­gi­naire d’Hé­rou­ville-Saint-Clair, Selim Der­kaoui était l’in­vi­té de La Méridienne.
Il a répon­du aux ques­tions de Joanne sur la cor­ré­la­tion entre la boxe et la lutte des classes.
Radio Phénix
écouter le podcast


Dans Rendre les coups (Le passager clandestin), le journaliste indépendant Selim Derkaoui s’intéresse à la sociologie, l’histoire et l’évolution d’un sport intrinsèquement populaire : la boxe anglaise.
Marianne
lire l’article


Dans Rendre les coups : Boxe et lutte des classes, Selim Derkaoui explore la dimension politique et sociale de la boxe. Sans être pratiquant ni féru de boxe, Selim Derkaoui est intéressé par la dimension politique et sociale de cette pratique. Au travers de son récit – préfacé par Médine – il montre que c’est avant tout un sport de classes et que celles qui en font sont toujours plus pauvres que les précédentes mais qu’elles retrouvent entre les cordes, la dignité que la société ne leur accorde pas. Une dignité qui se poursuit au vestiaire, puisqu’il règne en dehors du ring – au moins chez les amateurs – une grande entraide entre les athlètes, ce qui fait dire au journaliste que c’est le sport individuel le plus collectif qui existe.
Le Mouv
écouter l’émission


Le livre du jour : Rendre les coups
Les grosses têtes, RTL
écouter l’émission


Dans son essai Rendre les coups, le journaliste Selim Derkaoui s’intéresse à l’essence politique de la boxe anglaise. Avec Médine à la préface et François Ruffin à la postface, ce livre défend un sport appartenant aux classes populaires. Interview.
Le Bondy Blog
lire l’interview


Selim Derkaoui était l’invité de Frédéric Taddei.
« C’est arrivé demain », Europe 1
écouter l’émission


Et si à travers la boxe, d’autres luttes se jouaient ? Dans son ouvrage Rendre les coups, Selim Derkaoui déploie l’idée que la boxe, ce n’est pas juste un combat qui a lieu sur le ring. Boxer, c’est faire face à des réalités sociales, géographiques, politiques, économiques… A travers un documentaire immersif, l’auteur donne la voix à celles et ceux qui la pratiquent et qui, consciemment ou inconsciemment, participent à l’écriture d’une histoire sociale collective.
Radio Parleur
écouter le podcast


Un livre d’amour (comme le dit François Ruffin) pour les classes laborieuses. Pas un livre sur la boxe mais un livre qui prend le fil rouge de ce sport pour retracer l’histoire de nos luttes et de ses gants rouges pour mettre KO les préjugés et revenir à une critique fine du classisme et du racisme en France.
Jins Podcast


Selim Derkaoui vient de publier Rendre les coups. Boxe et lutte des classes aux éditions Le passager clandestin. Dans cette enquête, le journaliste nous emmène à la rencontre de boxeurs et de boxeuses en France pour essayer de comprendre le rapport de classe à la fois complexe et évident qui traverse ce sport, ceux qui le pratiquent, ceux qui se passionnent pour lui devant leur écran. Dans cet entretien, Selim Derkaoui raconte l’expérience charnelle et la douleur de la rencontre entre deux corps, ce que cette pratique dit des rapports de domination et comment les politiques publiques tentent de la récupérer afin de calmer les nerfs et canaliser les rages. Le ring comme lieu d’inscription de classe et de résistances, la boxe comme pratique politique.
Lundi matin
regarder l’émission


La particularité du podcast Beurn Out est qu’il est enregistré sur un ring de boxe. Il m’a donc semblé naturel de recevoir Selim Derkaoui, auteur de l’ouvrage « rendre les coups » aux éditions Passager Clandestin (avec une préface de Médine et une postface de Francois Ruffin) dans lequel il « mêle récit personnel et enquête journalistique en rendant hommage à une boxe populaire, inclusive et anticapitaliste ».
Beurn Out
écouter le podcast


Télécharger la couverture

Télécharger la photo de l’auteur

Télécharger le communiqué de presse