Ici on noya les Algériens

Fabrice Riceputi

Edwy Plenel

Gilles Manceron

18,00

La bataille de Jean-Luc Einaudi pour la reconnaissance du massacre policier et raciste du 17 octobre 1961.

ISBN : 978-2-36935-424-6
288 pages
date de parution : septembre 2021

à paraître

« Sous le pont Saint-Michel coule le sang. »

Paris, 17 octobre 1961, 20 h 30. À cinq mois de la fin de la guerre d’Algérie, des dizaines de milliers d’Algériens, hommes, femmes et enfants, manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui leur est imposé par le préfet de police Maurice Papon. La répression est d’une violence inouïe : onze mille personnes sont raflées, brutalisées et détenues dans des camps improvisés. Plus d’une centaine sont « noyées par balles » dans la Seine. Pourtant, le lendemain, les rapports officiels ne font état que de deux morts.

Face à ce mensonge d’État, un « simple citoyen » se fait chercheur. Il s’appelle Jean-Luc Einaudi. Pendant trente ans, ce « héros moral » surmonte les obstacles – omerta, archives verrouillées, procès… – pour faire connaître et reconnaître le crime d’État. C’est cette bataille intellectuelle, judiciaire et politique que retrace Fabrice Riceputi dans un récit documenté et passionnant.

Un combat à poursuivre à l’heure où la République s’obstine à refuser de regarder en face l’héritage raciste de la colonisation et où les violences policières continuent à se perpétrer en toute impunité.

Cet essai est précédé d’un texte inédit d’Edwy Plenel, journaliste et cofondateur de Mediapart, « Une passion décoloniale » ainsi que d’une préface de Gilles Manceron, spécialiste de l’histoire coloniale française.

Fabrice Riceputi

Historien et enseignant, Fabrice Riceputi anime les sites histoirecoloniale.net et 1000autres.org, consacrés à l’actualité des questions coloniales et postcoloniales et à la guerre d'indépendance algérienne. Il intervient régulièrement sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter (@campvolant).

Edwy Plenel

Journaliste, Edwy Plenel est cofondateur et président du média d'investigation Mediapart. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages dont Pour les musulmans (La Découverte, 2014), La victoire des vaincus. À propos des gilets jaunes (La Découverte, 2019), À gauche de l'impossible (La Découverte, 2021).

Gilles Manceron

Gilles Manceron est spécialiste de l'histoire coloniale française. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Marianne et les colonies. Une introduction à l'histoire coloniale de la France (La Découverte, 2003) et La colonisation, la loi et l'histoire (avec Claude Liauzu, Syllepse, 2006) et a signé la postface de livre de Marcel et Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens censuré en 1962 et enfin publié en 2011 (La Découverte). Il a été vice-président de la Ligue des droits de l'homme jusqu'en 2011.

lire un extrait

Dans sa première édition (La bataille d’Einaudi, 2015), le livre a reçu le Prix du livre anticolonial 2016.


En consacrant son ouvrage à cette véritable « bataille » que Jean-Luc Einaudi a menée pour faire sortir du déni l’histoire de cette terrible « ratonnade », contre la version officielle, le verrouillage des archives, les mensonges et l’omerta des responsables et des partis politiques de l’époque (à l’exception du PSU), l’historien Fabrice Riceputi, enseignant dans un quartier populaire de Besançon, dresse aussi un portrait sensible de l’homme. Cette Bataille d’Einaudi est à la fois un hommage et le récit d’une revanche sur une histoire officielle mensongère.
Olivier Doubre, Politis


Il s’agit d’un récit, quasi en forme d’enquête, sur le cheminement vers la vérité d’un historien – oui, historien, et de qualité, même si Einaudi n’avait pas la formation universitaire traditionnelle. Cheminement ? Il serait plus judicieux d’évoquer une course d’obstacles, tant son travail fut entravé, tant la « vérité » serinée depuis un demi-siècle était devenue « officielle » […] Il a bien mené une « bataille » contre le mensonge, contre la « Raison d’État », contre le négationnisme. Et il l’a gagnée. Merci à Riceputi de l’avoir rappelé.
Alain Ruscio, L’Humanité


Ce livre, contrairement aux précédents, pointe non pas l’événement lui-même mais l’homme par qui sa médiatisation est arrivée. Il se déploie moins comme un énième retour sur les faits eux-mêmes que sur l’homme à qui ils doivent leur résonance dans les espaces français et algérien. […] Fabrice Riceputi revisite le parcours d’un homme sans qui le massacre d’octobre 1961 serait toujours étouffé par la chape de plomb, et rend « justice à un auteur qui ne revendiquait pas le titre d’historien mais dont la contribution a pourtant été essentielle à la connaissance d’un épisode important » de l’histoire contemporaine de la France.
Al Huffington Post Maghreb


Communiqué de presse à télécharger

Couverture en HD à télécharger

Photos des auteurs à télécharger