37° centigrades

Lino Aldani

8,00

En 1963, Lino Aldani imagine une société de contrôle obsédée par le risque sanitaire.
ISBN : 978-2-36935-250-1
96 pages
date de parution : novembre 2020

à paraître

« Je suis en règle. Voici le thermomètre, les comprimés d’aspirine, les pastilles pour la toux. Ça, c’est la vitamine C, l’antiseptique, les antibiotiques. J’ai tout, vous ne pouvez pas me coller une amende ». La journée commence mal pour Nico. Il est dans le collimateur de la CGM, la société privée qui fait office de Sécurité sociale et il risque le contrôle sanitaire. Quand on sort des clous de l’État-hygiéniste, il vaut mieux être bien couvert, car dans cette société, la santé, c’est tout… ou rien.

À l’époque où il écrit cette histoire, Lino Aldani entend sans doute dénoncer les dérives d’un système de santé livré aux seuls intérêts du privé (puisque le zèle de la CGM s’explique par son souci de limiter les frais de santé de ses clients). Mais comme souvent avec la science-fiction, le récit prend un nouveau sens quelques années plus tard. Il nous conduit à nous interroger sur la nature des concessions que nous serions prêts à faire pour vivre en bonne santé.

Lino Aldani

Lino Aldani (1926-2009) fut une grande figure de la science-fiction italienne, et plus largement du genre en Europe. Il est connu pour avoir écrit la première étude italienne sur la science-fiction avec La Fantascienza (1963). On lui doit également cinq romans et une cinquantaine de nouvelles. La European Science Fiction Society (ESFS) lui a remis un prix pour l’ensemble de sa carrière en 1989.

lire un extrait

« Et surtout, la santé. J’ignore de quand date cet appendice, mais il témoigne bien de la grande préoccupation de notre époque : ne pas tomber malade, et si l’on tombe quand même : ne pas en mourir. C’est même devenu un droit fondamental, depuis que la Charte de l’environnement, adossée à la Constitution française, proclame dans son premier article le fait que chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et favorable à sa santé. Cette préoccupation, pour légitime qu’elle soit, pose néanmoins problème. Jusqu’où sommes-nous prêts à aller, jusqu’à quels sacrifices, pour défendre ce droit ? C’est la petite musique qui monte qui monte depuis quelques jours, et dont la mélodie nous suggère que renoncer à notre liberté de mouvement, mais aussi à celle que nous procure l’activité économique, est sans doute un tribut trop lourd à payer pour défendre notre santé et celle des autres. Il ne faudrait pas basculer dans une dictature sanitaire. Une dictature qui pourrait ressembler à ce que décrit 37° centigrades. Dans ce court roman publié en 1963, et réédité depuis au Passager clandestin, l’auteur de science-fiction Lino Aldani imagine ce que serait une société autoritaire obsédée par la prévention des maladies. »
Hervé Gardette, France Culture
écouter l’émission


Visionnaire, angoissant, une très bonne critique de la consommation et ses dérives.
Christophe, FNAC Paris Saint-Lazare


Une satire de la consommation et de l’hyper-protection, un texte qui, bien que publié en 1963, présente des résonances très actuelles. Dans la jolie petite collection Dyschroniques.
L’Écran fantastique