Comment nous pourrions vivre

William Morris

Serge Latouche

7,00

Une conférence de l’un des tout premiers écolos radicaux !
ISBN : 978-2-36935-081-1
96 pages
date de parution : avril 2017

Collection : Mot-clés : , ,

C’est en 1884, soit six ans avant la parution de son célèbre Nouvelles de nulle part, que le socialiste revolutionnaire et architecte-décorateur William Morris prononce cette conférence.
Il appelle à un sursaut collectif pour substituer la « coopération » à « l’état de guerre perpétuelle » inhérent au capitalisme, introduire la nature et l’art dans ces « conglomérats énormes, impossibles à gérer, qu’on appelle les villes », et refuser, au nom de la joie et de la dignité, la fatalité des « existences mécaniques ». Fin des inégalités entre classes, réduction des heures de travail, encouragement de l’expression artistique et du sens esthétique, transformation de l’habitat et respect de la nature, tels sont quelques-uns des préalables posés par Morris pour atteindre à ce qu’il nomme « une vie décente ».
Ce texte est suivi d’un article de François Briens intitulé « Les idées de la decroissance validées par un modèle scientifique », paru sur le site Reporterre.

William Morris

William Morris (1834-1896) est désigner textile, imprimeur, écrivain peintre et architecte. Il peut être considéré comme l'une des grandes sources d'influence du mouvement Arts and Crafts, dont l'attachement au travail manuel, l'importance accordée à l'environnement de travail et la diffusion la plus large possible de l'art sont en grande partie hérités de ses réflexions. Politiquement, il s'inscrit dans le mouvement socialiste révolutionnaire. Il sera toute sa vie un grand défenseur de la classe ouvrière.

Serge Latouche

Serge Latouche, né à Vannes le 12 janvier 1940, est un économiste français. Il est l'un des « contributeurs historiques » de la Revue du MAUSS. Professeur émérite de l'Université Paris-Sud 11, il est un des penseurs et des partisans les plus notoires de l'idée de décroissance et tente de conceptualiser l'après-développement dans « un combat généralisé et organisé contre le mode de vie, devenu insoutenable, à l'échelle mondiale ».

« Dans cette conférence, Morris affirme le caractère dégradant du capitalisme et la nécessité de construire une societe plus juste, où se trouveraient enfin conciliés un cadre de vie digne de ce nom, un art vraiment populaire et le respect de la nature. Il apparaît comme un précurseur de l’écologie et de la decroissance.
Le Monde des livres


Comment se fait-il qu’entre le producteur et le consommateur des intermédiaires captent toute la richesse des produits et pourquoi les spéculateurs ont-ils autant de marge de manœuvre ? William Morris n’est pas un énième candidat à l’élection présidentielle, mais un poète, petit entrepreneur et artiste, accessoirement socialiste anglais et et utopiste.
Gilles Heuré, Télérama


Une critique en règle du capitalisme et la description d’une societe future, peut-être utopique, mais qui éveille beaucoup d’échos chez le lecteur contemporain. Beaucoup de choses à lire en peu de pages, et pour peu d’argent.
S!lence »