Décoloniser l’architecture

Mathias Rollot

22,00

Vers des architectures écologiques, autochtones, pluriverselles

ISBN : 978-2-36935-381-2
240 pages
date de parution : 22 mars 2024

Effacer
UGS : ND Collection : Mot-clés : , ,

L’avènement d’une société écologique ne peut passer que par une refonte majeure de nos manières de concevoir et de bâtir. Cependant, les logiques de mise en ordre du monde dont l’architecture a hérité la rendent difficilement conciliable avec une véritable écologie sociale. Que faire alors ?

Dans une démonstration à la fois érudite et sensible, Mathias Rollot, chercheur et architecte, nous propose de transformer l’architecture en un outil de résistance aux systèmes de domination en place – sur la nature, les humains, les animaux – afin de réinventer une manière non extractiviste de construire.

En faisant dialoguer philosophie, sciences sociales et architecture, l’auteur esquisse les contours d’architectures plurielles, qui appartiendraient réellement aux peuples et aux milieux dans leur diversité : des architectures décoloniales vivantes, libérées.

Préface de Françoise Vergès et postface d’Émeline Curien.

Mathias Rollot

Architecte de formation, Mathias Rollot est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l'École nationale supérieure d’architecture de Grenoble. Ses recherches mêlent écologies décoloniales et philosophies éthiques, animalistes et environnementales. Spécialiste du mouvement biorégionaliste qu’il a contribué à introduire en France, il est notamment l’auteur de Qu’est ce qu’une biorégion ? et Les territoires du vivant (Wildproject, 2021 et 2023). Portrait : © Alban Van Wassenhove

lire un extrait

Une réflexion sur les rapports entre l’architecture, autrefois outil de démonstration de pouvoir, et les luttes sociales ou écologiques. Mathias Rollot incite à adapter les lieux de vie aux défis des sociétés du XXIe siècle.
Librairie Volume, Paris


Décoloniser l’architecture est un essai captivant qui s’attache à politiser l’architecture, tant comme discipline que comme philosophie de l’habitat. Contre une architecture bourgeoise qui repose sur une conception coloniale, sexiste et inégalitaire de l’espace et sur l’exploitation intensive et destructrice des ressources naturelles, Mathias Rollot fait de l’architecture un outil de résistances aux systèmes de dominations. Faisant appel autant à la philosophie, à l’écologie qu’aux théories décoloniales, l’auteur déconstruit l’idée d’une pratique de l’architecture qui ne serait réservée qu’à certaines personnes et défend au contraire une pratique inclusive et une vision beaucoup plus diverse du métier. A travers les notions d’architectures autochtones ou pluriverselles, il tente ainsi dans cet ouvrage passionnant de dessiner ce que pourrait faire et être une architecture au service des êtres humains comme non humains, prenant en compte les singularités des espaces et leurs ressources. Bref, qu’on soit un·e passionné·e ou non du sujet, cet essai se dévore et nous ouvre des pistes de réflexions foisonnantes sur nos manières d’habiter le monde et sur les façons de les renouveler !
Librairie La fleur qui pousse à l’intérieur, Dijon


Mathias Rollot sonde, dans Décoloniser l’architecture, les logiques de mise en ordre du monde dont l’architecture a hérité et qui la rendent difficilement conciliables avec une véritable écologie sociale. Pour proposer sa transformation comme outil de lutte et de progrès dédié au vivant.
Urbanisme


Chaque jour, l’actualité nous force à assumer une «compromission» de l’architecture avec la modernisation et une «obsolescence» de ses formes construites comme de ses savoirs disciplinaires face à la crise écologique. Il est bien connu, par exemple, que le secteur de la construction est responsable à lui seul de 40% des émissions mondiales. Dans Décoloniser l’architecture qui paraît aux éditions Le Passager Clandestin avec une préface de Françoise Vergès et une postface d’Emeline Curien, Mathias Rollot affirme que la décolonisation de l’architecture est la condition de possibilité incontournable de toute forme d’architecture « écologique ». Extraits.
Les Temps qui restent
lire les bonnes feuilles


télécharger la couverture HD

télécharger le communiqué de presse

télécharger la photo de l’auteur