Pour une politique écoféministe

Ariel Salleh

Jeanne Burgart Goutal

July Robert

25,00

Comment réussir la révolution écologique

ISBN : 978-2-38114-065-0
372 pages
date de parution : mai 2024

Cet ouvrage est en précommande. Traduire et éditer des textes étrangers représentent un investissement important pour des structures telles que les nôtres, précommander c’est donc nous soutenir dans ces décisions parfois risquées mais sans lesquels notre métier n’aurait pas le même intérêt !

Une affiche du livre sera offerte pour les 150 premières commandes ! Vous pouvez la retrouver ci-contre, en-dessous de l’image de couverture.

Effacer
UGS : ND Collection : Mot-clés : , ,

La moitié de la population mondiale pratique au quotidien des valeurs dites féminines – qui s’avèrent être aussi des valeurs écologiques. Loin de tout essentialisme, Ariel Salleh met en évidence le rôle majeur des femmes, mais aussi des paysan·nes et des peuples autochtones, dans le soin et le maintien des milieux de vie, un travail vital mais invisible aux yeux du capital. Là où le prolétariat de Marx a échoué, elles et ils sont en mesure de constituer une nouvelle classe révolutionnaire – le moteur manquant d’une véritable révolution écologique.

Engagée dans les luttes contre l’exploitation des terres aborigènes dans les années 1970, Ariel Salleh priorise le rôle des femmes des Suds. Selon elle, l’écoféminisme est la synthèse de quatre révolutions – écologique, féministe, socialiste et décoloniale – qui ne pourront pas aboutir les unes sans les autres.

Un manuel politique pour refonder le mouvement écologiste.

Ariel Salleh

Devenue écoféministe lors des luttes contre l’exploitation de l’uranium sur les terres indigènes en Australie dans les années 1970, Ariel Salleh (née en 1944) s'est ensuite imposée comme une référence internationale dans la construction de l’écoféminisme matérialiste.  Professeure honoraire en économie politique à l’université de Sydney en Australie, elle a également enseigné à l'université Nelson Mandela, en Afrique du Sud ou à l'université Friedrich Schiller d'Iéna en Allemagne. Sociologue et militante, elle a publié de nombreux textes sur l’éthique environnementale, l’écologie politique, l’écosocialisme et l’écoféminisme. Dans cette continuité, elle a notamment codirigé Plurivers : un dictionnaire du post-développement (Wildproject, 2022).

Jeanne Burgart Goutal

Agrégée de philosophie et professeure de yoga, Jeanne Burgart Goutal mène depuis près de dix ans une recherche sur l’écoféminisme, mêlant approche théorique et vécue. Elle est l’auteure de plusieurs textes de référence sur le sujet, notamment dans Féminismes du 21e siècle (PUR, 2017) et dans le Dictionnaire des féministes (PUF, 2017) ou encore Être écoféministe: théories et pratiques (L’Échappée, 2020). Portrait : photo personnelle de l'autrice

July Robert

July Robert est autrice, traductrice et chroniqueuse littéraire. Elle est actuellement chargée d’études et d’analyses pour le mouvement d'éducation populaire Présence et Action Culturelles et assume le rôle de présidente de la Revue Nouvelle. Elle contribue régulièrement aux pages de diverses publications belges telles qu’axelle ou encore Agir par la culture. En 2022, elle a traduit l’ouvrage de Sara Farris Au nom des femmes. « Fémonationalisme », les instrumentalisations racistes du féminisme dans la collection dirigée par Christine Delphy, « Nouvelles questions féministes » aux éditions Syllepse. Elle collabore régulièrement avec la maison d’édition L’arbre de Diane ainsi qu’avec de multiples associations d’éducation permanente auxquelles elle prête sa plume.

Ce livre rassemble d’indispensables éclairages pour passer du paradigme de la mondialisation patriarcale capitaliste à un monde de non-violence – dans nos esprits et dans nos vies.
Vandana Shiva


L’une des penseuses les plus originales et les plus importantes dans le champ de l’écologie politique internationale. Salleh dévoile l’angle mort à l’origine des crises sociales et écologiques contemporaines et son appel lucide en faveur d’un « matérialisme incarné » éclaire comme aucun autre cadre que je connaisse.
Arturo Escobar


Ce livre est un ouvrage fondateur et le premier à offrir un cadre commun pour la pensée écologique, socialiste, féministe et décoloniale. Ariel Salleh nous invite depuis plusieurs décennies à renoncer à une vision eurocentrique pour adopter un regard véritablement global.
Daria de Beauvais, Palais de Tokyo


Ariel Salleh ne revendique rien pour elle-même mais a une revendication globale pour ce qui est. Enfin traduite, sa pensée écoféministe matérialiste dessine une voie vers la sortie de la civilisation mâle, comme la nomme Françoise d’Eaubonne pour qui, aussi, toutes les luttes ne font qu’une.
Vincent d’Eaubonne


Si on ne la secoue pas régulièrement, la pensée s’encroûte et se trouve prise au piège du moule dominant. Ariel Salleh nous demande donc de déconstruire non seulement nos réflexes de pensées militantes, mais aussi le “sens commun” lui-même – qui consolide toujours le territoire dominant, inconsciemment incrusté en nous.
Jeanne Burgart Goutal


Ariel Saleh, comme chercheuse et activiste, apporte depuis plusieurs décennies une contribution majeure à l’écoféminisme. Elle le fait depuis les réalités matérielles et historiques de ce qu’elle nomme « la classe méta-industrielle » qui pratique « le travail qui tient », celui qui fait tenir ensemble et produit les conditions de la vie, celui qui relie le personnel et le politique dans un « temps endurant », propre à la reproduction de la vie sur cette Terre.
Geneviève Azam